Des artisans sensibilités au Handicap en INDRE-ET-LOIRE

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2013/10/10/des-artisans-sensibilises-aux-difficultes-du-handicap-1644686/30690734-1-fre-FR/Des-artisans-sensibilises-aux-difficultes-du-handicap_image_article_large.jpg

Depuis mardi, dix artisans suivent à la Capeb une formation sur le handicap. Ils veulent mieux conseiller leurs clients pour les travaux.

Pour paraphraser le docteur Knock, on pourrait dire que tout valide est un handicapé qui s’ignore. Mais ni l’habitat ni l’environnement urbain ne sont vraiment faits pour les différents types de handicap. Sensibilisée déjà depuis 10 ans à ce problème, la Capeb a commencé mardi à Tours un stage avec le label « handibat », suivi pendant deux jours par 10 artisans. A tour de rôle, ils ont découvert les difficultés pour se déplacer en fauteuil, ou marcher sans voir ni entendre, grâce à un partenariat avec l’Association des paralysés de France. « Les artisans doivent apporter un conseil à leur client sur la largeur des ouvertures, prévoir des portes d’au moins 80 cm de largeur à l’intérieur pour laisser passer un fauteuil, et de 90 cm à l’extérieur. Les pièces doivent aussi disposer de bons volumes pour permettre aux fauteuils de tourner. Il faut aussi réfléchir aux pentes, à faire attention aux différences de niveaux, mais aussi aux couleurs pour les malvoyants », explique Françis Gouas, président de la Capeb 37.

Vieillissement de la population

Dans le département, seule une centaine d’artisans a été formée sur les 3.000 professionnels. Souvent le temps manque, or se former permet d’anticiper. « En 2015, tous les lieux publics devront disposer d’accès pour les handicapés. L’État impose des règles qu’il ne suit pas lui-même, car tout n’est pas aux normes. Loin s’en faut. »
L’autre argument qui pousse les artisans à suivre cette formation créée en 2003 concerne la pyramide des âges. En 2015, plus du tiers de la population aura plus de 60 ans. Et en 2050, il y aura 3 fois plus de personnes de 75 ans, quatre fois plus de personnes de 85 ans.
Pour la Capeb, l’anticiper participe à la démarche du développement durable. Alors évidemment, ce type de travaux, avec des rampes, des modifications de douches ou de baignoires, coûte environ 30 % de plus. Mais il existe des aides notamment par le biais de l’Agence nationale de l’Habitat